Titre

« Los discursos jurídicos institucionales en el ámbito del derecho internacional: análisis de variabilidad, rasgos y dificultades conexas para la traducción inglés-español »

Auteur Giorgina Cerutti
Directeur /trice Professeur Fernando Prieto Ramos
Co-directeur(s) /trice(s)
Résumé de la thèse La traduction juridique se définit comme un acte de communication inscrit dans le domaine du droit (Šarčević, 1997: 271), qui est, par définition, une pratique discursive. Le discours juridique partage le noyau de la langue à laquelle il appartient, tout en présentant des éléments lexicaux, syntaxiques, textuels et pragmatiques qui lui sont propres (Cao, 2007: 18) et qui varient non seulement selon le système juridique, la branche du droit, le genre juridique et le sujet en question, mais aussi selon le contexte institutionnel et organisationnel dans lequel se produit ce discours (Goodrich, 1987: 7-8). Compte tenu de toutes ces variables, il est possible d’affirmer qu’il existe en réalité un large éventail de discours juridiques avec des caractéristiques textuelles et pragmatiques propres. Dans le contexte institutionnel international, les discours juridiques parcourent les organisations internationales de forme transversale et jouent un rôle crucial dans leur fonctionnement, car ils véhiculent les processus de création, d’application et d'arbitrage du droit international. Au cours des dernières décennies, l'anglais a émergé dans ces contextes comme une lingua franca. Ce phénomène a donné naissance à des nouvelles variantes de cette langue avec des caractéristiques particulières (van Els, 2001; Nerrière, 2004; Mattila, 2012: 35; Pozzo, 2012) qui diffèrent en fonction de différents facteurs et qui ont des conséquences spécifiques pour la traduction juridique dans ce domaine (Pozzo, 2012: 184-185; Prieto Ramos, 2013b: 389). Notre objectif est d’entreprendre une analyse contrastive des discours juridiques institutionnels employés au sein de trois organisations internationales : les Nations Unies, l'Union européenne et l'Organisation mondiale du commerce. À partir de cette analyse, nous proposons d'identifier des marques des discours juridiques institutionnels, ainsi que des possibles « problèmes de traduction » (Nord, 1987, cité dans Nord, 2005 : 166-167) ou « rich points » (Agar, 1991, 1994) connexes. En outre, étant donné le contenu multidisciplinaire du droit, nous chercherons à comprendre comment s’articulent ces discours juridiques avec d'autres discours de spécialité. Cette étude s'intègre dans la phase 2 d'un projet de recherche plus large intitulé LETRINT (« Legal Translation in International Institutional Settings: Scope, Strategies and Quality Markers ») et adopte sa même approche en ce qui concerne le corpus analysé, la classification des groupes textuels et la catégorisation de la terminologie juridique dans le domaine du droit international. Afin de conduire cette étude de manière systématique nous prendrons en compte différentes variables, dont l'organisation en question, la date de publication du document, le type de document, son genre juridique et le sujet abordé. Pour ce faire, nous allons exploiter un corpus documentaire comparable en anglais composé de documents législatifs, judiciaires et de surveillance de l’application produits dans les organisations mentionnées ci-dessus entre 2005 et 2015. Nous espérons que les résultats de notre étude mettront en évidence, d’une part, dans quelle mesure les discours juridiques institutionnels diffèrent de ce que l'on a tendance à appeler « l'anglais juridique » en général et, d’autre part, que ces discours juridiques présentent des variations linguistiques, pragmatiques, textuelles et terminologiques, ainsi que des difficultés de traduction qui changent selon le genre juridique, le sujet et l'organisation à laquelle ils appartiennent.
Statut en cours
Délai administratif de soutenance de thèse 2020
URL
LinkedIn
Facebook
Twitter
Google+
Xing