Titre

Atti normativi elvetici nella terza lingua ufficiale: chiarezza de jure o de facto?

Auteur Paolo Canavese
Directeur /trice Prof. Annarita Felici
Co-directeur(s) /trice(s)
Résumé de la thèse Dans le sillage du « plain language movement » anglo-saxon, ces dernières décennies voient se répandre dans plusieurs pays européens – à des rythmes et avec des résultats différents – une prise de conscience quant à l’importance d’une communication institutionnelle claire, transparente et accessible aux citoyens. La Suisse ne fait pas exception, et depuis les années quatre-vingt-dix, de nombreuses initiatives sont adoptées pour garantir la rédaction de textes institutionnels compréhensibles et adaptés aux exigences des destinataires. En 2007, ces principes ont été inscrits dans la loi (art. 7 LLC). La présente étude vise à examiner le niveau de clarté des actes normatifs suisses, en se concentrant sur la « troisième langue officielle » du pays. L’italien utilisé par les institutions fédérales sera ainsi analysé sous un angle nouveau, celui de la lisibilité et de la compréhensibilité, le but étant de vérifier si, dans les faits, les principes prévus par la loi se reflètent dans les pratiques rédactionnelles de l’Administration et de l’Assemblée fédérale. Ce travail de recherche proposera une approche en deux étapes principales. Après avoir recueilli dans un corpus la version italienne des lois fédérales promulguées au cours du « troisième régime linguistique » (de 1974 à nos jours), la première étape consistera en une analyse quantitative de leur évolution diachronique du point de vue de la lisibilité. Une analyse qualitative menée sur un échantillon restreint fera l’objet de la deuxième étape de l’étude, qui portera quant à elle sur des aspects touchant davantage à la compréhensibilité, à la textualité et à l’influence du filtre de la traduction sur la clarté des lois suisses en langue italienne. D’un point de vue méthodologique, cette étude se basera sur l’analyse d’un corpus et recourra largement aux technologies de traitement du langage de dernière génération. Au terme de ce projet de recherche, l’auteur aura déterminé, sur la base d’une étude orientée vers le produit, dans quelle mesure les institutions fédérales rédigent des lois claires en langue italienne. Il aura également relevé les particularités, les forces et les éventuelles possibilités d’amélioration (toujours en matière de clarté) de la langue adoptée. Les deux acteurs principaux impliqués (émetteur et récepteur) bénéficieront de manière directe des résultats de cette étude, qui contribuera également à l’avancement de la recherche académique sur l’accessibilité du citoyen aux textes produits par les autorités, tout en ouvrant de nouvelles pistes de recherche.
Statut au début
Délai administratif de soutenance de thèse
URL
LinkedIn
Facebook
Twitter
Google+
Xing