Titre

La compétence narrative de l'adolescent à travers la coproduction de récit d'expériences personnelles en situation de traitement logopédique. dans le cadre du projet IC-YOU "Interactional Competences in Institutional Practices: Young People between School and the Workplace"

Auteur Audrey Sublon
Directeur /trice Geneviève de Weck
Co-directeur(s) /trice(s)
Résumé de la thèse Ce projet se positionne en continuité des recherches sur les processus de développement et d’acquisition de la compétence narrative chez l’adolescent dans une perspective socio-interactionniste. Cette compétence se manifeste lors de productions variées comme la narration de films, de lectures ou bien encore de récits d’expériences personnelles, lesquels constituent des discours relatant d’expériences uniques, rapportées à une temporalité dissociée de la situation d’énonciation. Nombreux sont ces récits produits au sein de l’institution logopédique lors d’échanges issus des thérapies. Cette recherche vise l’analyse des caractéristiques générales et des fonctions de ces récits observables en séance de traitement. Ces récits puisqu’ils sont issus des échanges verbaux d’une dyade (ou d’un groupe) adolescent(s)-logopédiste(s) sont nécessairement coproduits. Un second objectif est l’analyse du rôle de chacun des participants dans cette coproduction. Enfin les différents buts du logopédiste lorsqu’il coproduit sont spécifiés ainsi que leurs effets observables chez l’adolescent. Ces différents axes de recherches fourniront des éléments empiriques pour une meilleure compréhension du développement de la capacité narrative des adolescents. Pour ce faire nous avons suivi sept adolescents âgés de 12 à 16 ans, présentant ou non des troubles du langage sur une période de deux mois. Quatre de ces adolescents suivaient une thérapie de groupe encadrée par deux logopédistes. Les autres adolescents suivaient une thérapie en séance individuelle ce qui nous a permis d’observer trois dyades logopédiste-adolescent différentes. Nos données correspondent à 25 séances, ce qui équivaut à 20 heures d’enregistrement audio-visuel. Les interactions verbales observables en séances sont transcrites. On y distingue ensuite quatre séquences discursives différentes dont la séquence de récit d’expériences personnelles, ce qui nous permet d’obtenir la part de ces séquences de récits sur la totalité des séquences présentes dans une séance. La composition de ces séquences est analysée en fonction de la nature des énoncés qui les constituent. On indique qui a vécu les évènements racontés. Le moment d’apparition de ces récits dans le temps d’une séance est questionné ainsi que le lien de ces récits avec l’activité en cours. Les fonctions assumées par ces récits pendant une séance sont définies. On spécifie qui effectue les initiations et les clôtures de récits en distinguant différentes manières d’initier et de clore. On observe la nature et la forme des énoncés qu’utilise chacun des participants. Les ressources dont dispose le logopédiste pour aider l’adolescent à produire le récit sont relevées et mise en relation avec les réactions obtenues de la part de l’adolescent. Les récits coproduits permettent d’appréhender en situation de conversation l’état du développement de la compétence narrative de l’adolescent au travers des interventions du logopédiste, lesquelles pourront aussi être considérées comme des indices permettant l’évaluation des capacités narratives de l’adolescent. Nous serons alors en mesure d’observer à quel moment l’adolescent est capable de se distancer de l’étayage du logopédiste afin de produire un récit de façon monogérée.
Statut au début
Délai administratif de soutenance de thèse
URL
LinkedIn
Facebook
Twitter
Google+
Xing